Taux immobiliers au 3ème trimestre : vers une nouvelle baisse, l’exception est devenue la règle.

Amorcée en 2015, la baisse des taux d’emprunt se poursuit, atteignant un seuil record, plus vu depuis 60 ans en France.
En juillet 2019, ils s’établissaient à 1,14 % sur 20 ans et 1,37 % sur 25 ans. Avec des taux bas records, de nombreux propriétaires envisagent de renégocier les mensualités ou la durée de remboursement de leur emprunt.
L’analyse d’Arnaud Guilleux, président et fondateur du courtier en ligne monemprunt.com.

Vers une nouvelle baisse des taux d’intérêts immobilier au 3èmetrimestre? – Taux à 1% et en deçà – une exception devenue la norme.

 

Des taux à moins de 1%: la nouvelle norme?0,39 % sur 15 ans. Voilà un exemple de taux -hors assurances –obtenu par monemprunt.com au début du mois de septembre 2019. Un seuil qui pourrait être battu dès cet automne. Pour Arnaud Guilleux, qui bénéficie d’une vision d’ensemble sur les barèmes pratiqués par les établissements bancaires grâce à l’expertise de monemprunt.com, «la baisse des taux va continuer et cette baisse des conditions de taux bénéficie grandement aux emprunteurs. C’est un levier de pouvoir d’achat. Depuis septembre, de nombreux profils sont légitimes à un taux de moins de 1 % sur 25 ans.L’exception est ainsi devenue la norme.»Et le président et fondateur du courtier en ligne donne quelques explications de ce changement : « Premièrement, la Banque centrale européenne (BCE) a publiquement déclaré en juillet que ses taux resteraient proches des 0 %,au moins jusqu’à la fin du premier semestre 2020. Dans le même temps, en France, les taux d’obligations assimilables (OAT) de l’État (c’est-à-dire ses titres de dette) sont passés de 0,70 % en novembre 2018 à un taux négatif de -0,40 % en septembre 2019 »

 

Conséquence de cette conjoncture : prêter est plus intéressant qu’épargner pour les banques. « Ce qui était un produit d’appel est aujourd’hui devenu un produit rentable pourles banques. Elles font des marges de plus en plus importantes sur les conditions de financement des prêts».Les taux d’emprunt risquent donc de continuer à baisser cet automne. Mais à chaque profil son établissement bancaire : « Toutes les banques ne recherchent pas le même profil d’emprunteurs. Certaines sont prêtes à faire plus d’effort pour attirer leur cœur de cible. Le rôle du courtier monemprunt.com est de guider le particulier vers la banque qui lui offrira les meilleures conditions possibles pour son prêt »partage Arnaud Guilleux.

 

Des coûts divisés par deux et de nouveaux leviers pour mieux renégocier son crédit. En quatre ans, les coûts de crédit ont été divisés par deux. Selon un exemple pratique de monemprunt.com, à cette période, emprunter 250 000 euros à 1,9 % sur 25 ans engendrait un coût de crédit de 64 000 euros. En septembre 2019, le même emprunt –mais cette fois négocié à 1 % -coûtait 32 000 euros. Soit moitié moins cher. En parallèle, les tarifs des assurances ont également baissé de 15 à 20 % en moyenne. Pour des investisseurs, c’est le moment ou jamais de se lancer : « Les conditions n’ont jamais été aussi favorables pour emprunter ou renégocier son crédit. D’ici la fin de l’année 2019, emprunter à 0,5 % sera banal», confirme Arnaud Guilleux. Des perspectives plus que favorables pour les futurs investisseurs dès fin 2019 et même en 2020.Pour les particuliers, la renégociation de son crédit auprès de son établissement bancaire peut donc être très avantageuse. Avant d’être renégocié, le dossier du particulier va être complétement réétudié.En cas de rachat ducrédit, plusieurs facteurs sont à prendre en compte comme le montant restant à rembourser (>75 000 euros), le moment du rachat (de préférence pendant le premier tiers de vie du crédit) et le taux négocié (baisse d’au moins 0,7% du taux initial).Depuis l’adoption de la loi Hamon en 2014 et de la loi Bourquin (ou loi Sapin 2) en 2017, l’emprunteur peut résilier son assurance dans les douze mois suivants sa souscription ou à chaque date anniversaire du contrat. Une autre façon de faire jouer la concurrence et dégager une nouvelle économie. D’autant que la tendance est aussi à la baisse !

Améliorer votre visibilité avec une vidéo ou une communication Wire

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*